ottessa moshfegh

Mon année de repos et de détente
21.08.19
Ottessa-Moshfegh-Mon-annee-de-repos-et-de-detente-vignette

Jeune, belle, riche, fraîchement diplômée de l’université de Columbia, l’héroïne de Mon année de repos et de détente décide de tout plaquer pour entamer une longue hibernation en s’assommant de somnifères. C’est moins le décès récent de ses parents – qui ont après tout brillé par leur absence – que le vide existentiel et l’ennui qui motivent cette cure de sommeil d’un an, jusqu’au réveil brutal d’un matin de septembre 2001. Son existence végétative est ponctuée par les visites de son ex minable, de sa meilleure amie en mal d’affection, et par les conversations avec sa psy, aussi loufoque que crédule, à la main un peu leste quand il s’agit d’établir de généreuses ordonnances de narcotiques.
Diktats de la société de consommation, médiocrité de l’art – et du monde – moderne, cruauté des relations amoureuses et amicales : tandis que l’on passe de l’hilarité au rire jaune en découvrant les tribulations de cette Oblomov de la génération Y qui somnole d’un bout à l’autre du roman, Ottessa Moshfegh s’attaque aux travers de son temps avec une lucidité implacable, et à sa manière, méchamment drôle. Une plongée dans une léthargie auto-entretenue orchestrée avec maestria par la jeune romancière, dont l’humour corrosif et la plume acérée l’ont imposée avec force dans le paysage littéraire américain.

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Clément Baude

 

« Férocement et hautement spirituel.»
The Guardian

« Cool, étrange, singulier et tenu… c’est toujours un immense bonheur de [la] lire.»
The New York Times

« Ottessa Moshfegh a une façon à la fois terrifiante et pure d’explorer l’aliénation existentielle.»
The New Yorker

 


Américaine de père iranien et de mère croate, Ottessa Moshfegh est née à Boston en 1981. Elle est l’auteur d’une novella, McGlue, couronnée par le Fence Modern Prize et le Believer Book Award, et d’un recueil de nouvelles, Homesick for another World. Ses nouvelles ont été publiées notamment dans The Paris Review, The New Yorker et Granta.

Son premier roman, Eileen (Fayard, 2016), s’est vu décerner le prix Pen/Hemingway du premier roman en 2016, et a été finaliste du Man Booker Prize et du National Book Critics Circle Award.

ottessa moshfegh

Mon année de repos
et de détente

INFOS PRATIQUES

Parution aux Éditions Fayard
21 août 2019

Attachée de Presse
ag@alinagurdiel.com

Back to Top